Sélectionner une page

LES EXTENSIONS DE CONSCIENCE

LE DEDOUBLEMENT ASTRAL OU L’EXPLORATION DU MONDE SUBJECTIF

Beaucoup recherchent le dédoublement sans savoir ce qu’il est réellement, ni en quoi il consiste.
Dans ces conditions, il est bien difficile de reconnaître les phénomènes. Il existe un très fort antagonisme entre les expériences initiatiques et les expériences psychologiques.

Ces dernières ne rentrent pas dans le cadre des techniques initiatiques, qui est un domaine totalement à part. Il est extrêmement important de savoir sur quel domaine on travaille et quelles en sont les limites. Il faut aussi savoir pourquoi on applique telle technique, quels résultats on peut en attendre, et faire soi-même le choix des techniques que l’on va utiliser dans sa recherche.

On ne peut guère demander l’absolu ni l’impossible à notre cerveau, et, dans la pratique comme dans l’étude, il est nécessaire de définir le terrain sur lequel on travaille.
Malheureusement, beaucoup n’engagent une recherche que pour mieux ramener les phénomènes à l’idée qu’ils s’en font, et aux préjugés qu’ils ont accumulés au fil du temps.

Mais dès qu’ils s’approchent d’un phénomène un peu dérangeant parce qu’il oblige à se poser des questions, et parfois à faire certaines remises en question, ou encore à sortir du petit confort intellectuel qu’ils se sont créés, ils réagissent par le refus du phénomène, allant même jusqu’à prétendre que “c’est dangereux”, ou que cela leur fait peur. Or, ce danger, cette peur, c’est le risque de se découvrir soi-même. Ils se limitent donc à la production de phénomènes superficiels.

La plupart de ces phénomènes sont purement psychologiques. Ainsi, on commence par se laisser impressionner et influencer par une ambiance ou une attitude, qui font davantage office de suggestion que de catalyseur de véritables expériences.

De même, il est fréquent de vivre des sensations qui ne touchent que la surface de la “couche psychologique” de l’individu, mais on prend souvent cela pour un but atteint, ou pour un contact avec son “moi” profond. La plupart du temps, ces sensations ne sont qu’une illusion à laquelle on prend un vif plaisir, parce que l’on perçoit des images et quelques sensations, ce qui, en soi, est très agréable ; et l’on arrête sa démarche à ce stade.

Si vous allez voir un film à la Géode (Porte de la Villette, Paris 19ème), qui possède un écran géant de 180°, vous vivrez de multiples sensations et “expériences”, sans même bouger de votre fauteuil. Vous aurez l’impression que votre corps devient lourd, léger, que vous tombez, montez ou encore que vous devenez plus petit ou très grand, que vous volez et flottez dans l’air sans effort.

En fin de compte, ce que vous vivrez seront des amusettes sensorielles, car le film aura sollicité certains organes sensoriels. Mais il ne s’agit nullement de phénomènes psychiques. Vous êtes dans un cul-de-sac sensoriel et vous souhaitez que les sensations continuent, tant elles sont agréables. C’est en fait la même chose que lorsque vous êtes pris d’une démangeaison : vous vous grattez. Au bout d’un moment, ce grattage se transforme en plaisir et l’on trouve agréable de se gratter. En médecine, ce phénomène est appelé “volupté de grattage”. Vous êtes, là encore, dans un cul-de-sac sensoriel entraînant un état pathologique.

Les phénomènes initiatiques se produisent très rarement durant les entraînements, mais surviennent plusieurs heures à une journée après l’entraînement. Il ne faut donc pas confondre les amusettes sensorielles, qui ne provoquent, sur le coup, qu’un moment plaisant, avec les exercices initiatiques, qui conduisent aux véritables expériences en dehors des séances d’entraînement, bien souvent la nuit, projetant la conscience jusque dans les plans cosmiques.

Les rêves en couleur sont les tous premiers effets des phosphènes et de la pensée ryhtmée. Puis viennent les rêves d’envol, qui représentent la première étape du dédoublement ou “voyage astral”.

Les phénomènes initiatiques sont bien au-delà des sensations qui relèvent de notre création personnelle. Mais bien peu acceptent de pousser l’étude plus loin que ces couches qui sont encore liées à la volonté subconsciente. Ceux qui approfondissent découvrent, par contre, un autre aspect d’eux-mêmes et de l’univers.

Le dédoublement n’est pas un phénomène rare !
Il a été pratiqué de tout temps et se trouve au cœur même de toutes les initiations.

Catégories