Sélectionner une page

TECHNIQUES PHOSPHENIQUES

QUELQUES CONSEILS POUR LA PRATIQUE DU MIXAGE PHOSPHÉNIQUE EN PÉDAGOGIE

COMMENT FAIRE UN PHOSPHÈNE ?

Les phosphènes sont les taches de couleurs que l’on perçoit après avoir fixé une source lumineuse. A titre d’expérimentation : on obtient un phosphène en fixant une lampe opaline blanche (dont on ne voit pas le filament), placée entre 1,50 m à 2 mètres de distance, durant environ 30 secondes.

L’effet sur la vue est très favorable, sous la réserve, évidemment, que soient respectées les normes d’éclairage qu’indique le Dr LEFEBURE, normes établies déjà par 40 ans de pratique avec des milliers de personnes (voir le livre du Dr LEFEBURE LE MIXAGE PHOSPHÉNIQUE EN PÉDAGOGIE, Éditions PHOSPHÉNISME.

Il est possible d’utiliser le soleil, mais, dans ce cas, la fixation dure à peine 2 secondes, et il est nécessaire de respecter les quelques précautions que donne le Dr LEFEBURE. On n’obtient pas un meilleur phosphène si l’on fixe la source lumineuse plus longtemps.

La lumière parvenant à l’œil provoque des réactions chimiques et électriques dans le cerveau, ce qui permet d’accroître considérablement les facultés mentales et cérébrales dans leur ensemble. Pour obtenir ce résultat, il suffit de pratiquer le Mixage Phosphénique, c’est-à-dire le mélange d’une pensée au phosphène.

AMÉLIORATION DE L’ATTENTION
PAR LES PHOSPHÈNES

a) Lorsque l’on fait faire une dictée à un enfant, au début celui-ci s’applique et son écriture est régulière. Mais, au bout de peu de temps, les mots commencent à monter, à descendre comme une vague, et l’enfant s’agite : il n’est plus attentif. Pour relancer l’attention, il suffit de lui faire faire un phosphène et lui faire observer les couleurs pendant 3 minutes, temps de durée du phosphène. Puis on reprend la dictée. L’écriture est tout de suite plus régulière et l’attention est meilleure. Cela signifie que l’énergie lumineuse a régularisé l’influx nerveux, améliorant, en outre, la motricité.

b) Lorsque vous voulez réfléchir à un sujet, vous avez du mal à conserver votre thème de travail à l’esprit : la pensée s’échappe, des idées parasites surviennent ; les idées recherchées ne viennent pas, et vous vous fatiguez !
Pourquoi ? Parce que vous manquez de concentration ? Non !
Parce que le cerveau travaille de manière rythmique, ce que nous montre l’observation du phosphène. Faites-en l’expérience. Si vous fixez une lampe de couleur blanche, vous percevrez ensuite, dans l’obscurité, de très belles couleurs qui se succèdent : jaune-vert ; rose ; violet ; bleu foncé; noir.

Certaines cellules de l’œil, les cônes, nous donnent la perception des couleurs. Si les cônes travaillaient simultanément, après avoir fixé la lampe, nous devrions percevoir une tache de couleur blanche. Mais nous percevons des couleurs qui se succèdent, parce que les cellules de l’œil travaillent en alternance. Le phosphène, constitué d’une succession régulière de couleurs, est le reflet du fonctionnement cérébral.

Les phosphènes amplifient les rythmes du cerveau. Penser, réfléchir ou travailler pendant la présence du phosphène permet de densifier la pensée. Celle-ci est plus présente à l’esprit, plus claire, plus précise. L’effort mental est moins important.
L’attention est considérablement augmentée.

DÉVELOPPEMENT DE LA MÉMOIRE

Choisissez un souvenir vague ou très ancien. Pensez-y pendant la fixation de 30 secondes, puis, après avoir éteint, continuez à y penser pendant la présence du phosphène.

Laissez le souvenir se développer spontanément. Ne cherchez pas à le diriger. Vous vous apercevrez alors que le souvenir a une très grande intensité, que des détails reviennent de façon extrêmement précise et que d’autres souvenirs surgissent, certains oubliés depuis longtemps. Le phosphène a une action particulièrement puissante sur la mémoire. C’est pourquoi les enfants retiennent beaucoup mieux leurs leçons lorsqu’ils les apprennent avec les phosphènes.

COMMENT APPRENDRE UNE LEÇON
AVEC LES PHOSPHÈNES ?

L’exemple le plus simple de Mixage Phosphénique est celui d’un enfant qui l’utilise pour apprendre une carte de géographie.
Il commencera comme d’habitude par étudier la carte dans son livre qu’il refermera ensuite pour se préparer à la repasser dans sa tête.
Mais ici, après avoir fermé le livre, il fixe la lampe pendant trente secondes, puis l’éteint, il se remémorera tous les détails succes-sivement une fois que le phosphène sera apparu.

Tout se passe alors comme si le phosphène était un plâtre et la pensée une éponge. Pendant que celle-ci est plongée dans le plâtre, elle paraît moins visible. C’est ensuite qu’elle prendra une certaine densité.
De même, pendant le mélange de la pensée avec le phosphène, le plus souvent rien de notable ne se produit.

C’est consécutivement que l’on s’apercevra que la pensée ainsi associée au phosphène a pris une densité, une solidité inhabituelle, de telle sorte qu’elle restera bien mieux gravée dans la mémoire.

Lampe du Dr LEFEBURE.

AUGMENTER LA COMPRÉHENSION D’UN TEXTE

La réflexion de la lumière sur la page produit un phosphène permanent, ce qui facilite grandement l’assimilation du texte. Le phosphène a également une action sur la compréhension, le sens des mots ressortant davantage. Les idées principales sont mieux perçues, ainsi que les idées annexes et les idées charnières. Le sens du texte est au total mieux compris. Le plan du texte est mieux assimilé et l’on en retrouve bien plus facilement les divers éléments. Au fil des jours, et à condition de lire chaque jour leurs cours sous phosphènes, les étudiants constatent qu’ils apprennent plus vite et retiennent mieux. Le bulletin s’en ressent très nettement et les enseignants sont frappés par l’amélioration des résultats.

DÉVELOPPER L’IDÉATION ET LA RAPIDITÉ
DE LA RÉFLEXION

Vous avez un devoir à faire, un projet à développer, une lettre à rédiger, mais les idées ne viennent pas. Utilisez les phosphènes pour être efficace.

Préparez de quoi écrire et de quoi noter. Faites un phosphène et, pendant la fixation, gardez à l’esprit le thème, l’idée que vous voulez développer. Après extinction de la lampe, cette idée va se déformer et laisser place à d’autres. Acceptez ce qui survient à votre conscience, même si, dans un premier temps, les idées qui viennent vous sont déjà connues, soit que vous y ayez déjà pensé, soit que vous les ayez lues ou entendues. Il y a toujours un petit temps de latence avant que l’énergie du phosphène se fasse sentir.

Cependant, notez-les, puis continuez à observer librement les idées qui surviennent. Il est important de les noter, sans quoi vous ne vous en souviendrez pas. Refaites un phosphène environ toutes les 5 minutes, c’est-à-dire 2 ou 3 phosphènes pour un quart d’heure. Vous allez vous apercevoir que les idées sont de plus en plus nombreuses et qu’elles coulent en un flot de plus en plus intense.

Faites cet essai sur un quart d’heure et comparez le nombre des idées, la qualité, leur logique et leur organisation par rapport à la réflexion habituelle.

Comparez ensuite votre écriture en observant le début de vos notes et les derniers passages. Il y a souvent une très grande différence. Au fil du texte, l’écriture devient plus souple, plus coulée, plus spontanée. Cela correspond, en général, au moment où les idées ont le plus afflué, et sans effort.

Catégories